Participez!

Participez!

Exprimez-vous

allo calin vous invite à partager vos réflexions, vos coups de gueule et vos conseils… mais surtout vos plaisirs! Donnez vos recommandations en matière de sex-toys, faites-nous part de vos réflexions sur le rôle des rapports de pouvoir dans le plaisir, publiez des nouvelles érotiques… dans tous les cas, lâchez vous!

 

Travaux pratiques

Que vous préfériez prendre du plaisir seule ou à plusieurs, nous vous proposons de vous livrer à un petit exercice d’exhibitionnisme coquin : profitez de vos prochains ébats pour enregistrer vos soupirs, vos gémissements (voire vos cris), et envoyez-les nous par mail à allocalin@gmail.com (format mp3). Donnez-leur un titre, racontez un détail, un fantasme à leur propos… bref, libérez votre plume après votre langue, et nous mettrons le tout en ligne dans la plus grande confidentialité.

Vous vous sentez l’envie de guider une main, de dire quoi faire, et peut-être même de donner des ordres ? Donnez le tempo au rythme de votre voix, et envoyez-nous un enregistrement pour permettre à d’autres de se laisser guider au fil de leurs caresses…

Renouer avec sa sexualité après un abus

Posted on avril 16, 2011  by Gigi  in Billets d'humeur, Découverte   No Comments »
Renouer avec sa sexualité après un abus

Le viol est un crime qui touche une femme adulte toutes les deux heures en France

Il constitue une atteinte grave à la dignité d’une personne et bouleverse chaque année la vie de milliers d’enfants (près de la moitié des agressions), d’adolescent(e)s et d’adultes – très majoritairement (mais pas uniquement) des femmes. En France, une femme majeure s’est faite violer toutes les deux heures en 2005 : d’après L’Express du 10 novembre 2006, 4412 affaires de viol commis sur des personnes majeures ont été répertoriées par le ministère de l’Intérieur. En tout, 8000 viols sont recensés « officiellement », mais les estimations indiquent qu’il y aurait en fait de 25 000 cas de viol par an (Arte, Reportage Juillet 2000).

 

Les conséquences psychiques et sociales normales d’un viol sont extrêmement profondes et durables.

Elles ne s’estompent pas toutes seules avec le temps, au contraire : pour calmer le stress extrême causé par une situation qui menace l’intégrité psychique et physique aussi radicalement, l’organisme met en place des mécanismes de défense d’urgence qui restent en place longtemps après les faits et peuvent devenir un carcan. Parmi les conséquences normales d’une situation aussi anormale, on trouve généralement (mais pas exhaustivement) des difficultés relationnelles, émotionnelles et sexuelles : abstinence ou errance, désordre de la libido, rapports sexuels douloureux…

 

La parole et les premiers pas vers la guérison

On entend souvent dire que le premier pas vers la guérison est la rupture du silence. La prise de la parole sur ce qui s’est passé est effectivement absolument cruciale, mais elle constitue déjà en elle-même l’aboutissement de tout un processus de reconnaissance du traumatisme : prendre conscience de la vérité « J’ai été abusé(e) » peut être un choc terrible. Au fur et à mesure du processus de guérison, les idées fausses de la personne abusée sur sa propre culpabilité (« j’aurais du être plus prudente », » j’aurais du être capable de me défendre », de crier »…) doivent peu à peu être démenties, les mécanismes de défense que la personne avait mis en place doivent être désamorcés.

 

Mettre fin au cycle du mépris

La personne abusée éprouve souvent une honte immense, à la fois par peur du rejet et du fait d’une colère envers l’abuseur qui reste inexprimée. Face à cette honte, elle a deux solutions : soit se mépriser elle-même, soit mépriser l’abuseur et ceux qui lui ressemblent. Mais ces deux solutions mènent dans une impasse autodestructrice, car la haine de soi ou la haine de l’autre sont toutes les deux destructeurs. Il est le contraire du soin et de l’amour de son corps et de son cœur : il peut pousser à la boulimie, à la violence contre soi et au suicide, pour punir son corps d’exister et d’avoir des désirs.

Ce qui est essentiel à comprendre, c’est que le mépris anesthésie le désir. Il conduit la personne à se punir d’avoir un corps, une sexualité, un besoin d’amour et de confiance… En tentant d’étouffer ses aspirations à l’intimité et à la tendresse, il atténue la honte et donne l’illusion de maîtriser les choses, et en particulier sa souffrance, mais surtout, il évite de rechercher la guérison de soi. C’est la colère qui doit remplacer la honte. Elle est libératrice parce qu’elle cesse de désigner la victime pour dénoncer les faits. Indignez-vous de l’injustice inadmissible qui a été commise!

 

Prenez soin de vous

Le plus difficile à faire après un abus est de s’abandonner. Le désir exige – et favorise – que vous soyez détendue.  Il nécessite aussi de prendre soin de son corps comme d’une partie de soi aimée et chérie, qui mérite notre attention d’autant plus qu’elle a été meurtrie. Faites-vous couler un bain bien chaud pour détendre vos muscles. Rajoutez-y du bain moussant si cela vous chante, des huile de bain odorantes…

 

Retrouver une intimité dans la relation

Il s’agit ici de transformer la méfiance envers les autres en vigilance : d’une part il faut réapprendre à faire confiance (à soi, aux autres), et d’autre part il est essentiel d’être capable de reconnaître les situations qui nous déplaisent et qui sont inacceptables.

 

Liens externes

Si vous avez été victime de violences sexuelles ou si vous souhaitez soutenir une personne qui en a subi, nous vous recommandons vivement SOS femmes, le site très complet d’une association créée pour les femmes en difficulté et ceux qui les soutiennent. Il aborde les questions de l’abus, du viol et des autres violences faites aux femmes sans tabous mais avec justesse et douceur, et donne de nombreux liens pour guider une démarche thérapeutique ou juridique.

Jouets gourmands

Posted on avril 15, 2011  by Gigi  in Jouets, La Caverne d'Ali-Baba   1 Comment »
Jouets gourmands

Des hanches appétissantes, des lèvres fraîches et savoureuses… la gourmandise est décidément au cœur de l’érotisme  féminin!

Le panier de la fameuse ménagère de moins de cinquante ans (et pourquoi pas plus, d’ailleurs?) a plus d’un tour dans son sac : velouté d’une courgette recouverte d’huile d’olive, tendresse d’un concombre savamment épluché, douceur infinie des caresses d’un noyau d’avocat… Une blogueuse inventive propose d’ailleurs des conseils pour créer soi-même ses propres vibromasseurs bio. La cuisine est le lieu de toutes les tentations!

Certains fabricants de jouets l’ont d’ailleurs bien compris, et les joujous en forme de fruits divers et variés ne se comptent plus. Quand Love To Love revisite le contenu du panier à provision, par exemple cela donne… oh oui!  Une banane rose et vibrante pour un dessert coquin :

 

Sextoy 1969 : Oh oui

Facebook

Flickr Stream

www.flickr.com
Voici un module Flickr utilisant des photos et des vidéos publiques de allo calin. Créez votre module ici.
Content Protected Using Blog Protector By: PcDrome.